Agathe chez les Sélénites (2ème partie)

Publié le par mam.irene

Souvenons-nous, Agathe voyageuse du temps, va faire la connaissance d'habitants d'un monde sur lequel elle se trouve.

La femme qui semblait la plus agée prit la parole dans une langue qu'Agathe comprenait parfaitement bien qu'il ne s'agissait d'aucun idiome connu sur terre :

 

- Bienvenue à toi, chère Agathe de l'astre que tu nommes la terre, nous sommes les habitants de ce que tu appelles la lune...

 

- La lune est un astre mort, inhabité balbutia la jeune femme dans le même langage que les sélénites.

 

- Dans ton espace temps, en effet... Nos lointains descendants à force de générer du profit ont épuisé les richesses de ce monde, bouleversé le climat, détruit la couche d'ozone en même temps que l'humanité. Les guerres sans merci avaient déja ébranlés l'écorce lunaire. Cette belle planète va en effet devenir un astre mort, sans atmosphère, sans eau, sans trace de vie...

 

Je m'appelle Archa, je suis la reine du monde libre de cette terre. Voici mes fidèles collaborateurs : Zarcos et Purdos ainsi que leurs épouses, Lindra et Séréra.

 

Agathe fut bien évidement enchantée de faire leur connaissance. Son esprit était malgré tout un peu confus : les petits hommes verts avec leur soucoupes volantes n'étaient pas un mythe. Ce n'étaient pas des martiens mais des sélénites. Perplexe, elle demanda en quoi elle peut être utile.

 

Archa l'invita à entrer dans leur soucoupe, qui n'était pas, en fait un vaisseau spatial mais un sous-marin...

 

Agathe était émerveillée devant la beauté de la faune et de la flore, devant la limpidité de l'eau. Elle admira des poissons multicolores qui ressemblaient à des soles, et vit avec joie des tortues marines, les mêmes que celles qui vivent sur terre. Elle fut émerveillée devant un banc de dauphins qui jouaient dans le sillage du véhicule.

 

Le trajet passa trop vite : le sous-marin accosta dans un petit hangar.

 

- Vite, Agathe, le temps presse...

 

Combien de fois, la jeune voyageuse temporelle, avait-elle entendu ces mots. Jamais elle ne pouvait visiter quoi que ce soit, tellement son temps était compté...

 

Archa la conduisit dans une superbe ville sous la mer, une immense voûte translucide la protègeait de la pression des eaux. un système sophistiqué recyclait l'air ainsi que les eaux usées.

 

Lui laissant à peine le temps d'admirer la technologie, elle la conduisit dans un petit amphithéatre où les attendait un vénérable savant sélénite au cheveux blancs coupés courts.

 

Le scientifique leur fit un rapide exposé de la situation qui était plus que préoccupante : il y a environ une année, un vaisseau martien a débarqué sur la lune et s'y est installé sans aucune forme de discussion. Sur Mars vivait un peuple essentiellement masculin et sanguinaire. A force de guerre et de course à l'armement nucléaire, quelqu'un a appuyé sur le bouton fatal et un déferlement total d'impacts et de radiation a rendu la planète inhabitable de façon irrémédiable. Aprés avoir tenté de coloniser la jeune planète du système solaire, la terre où ils n'ont pu s'adapter, ils ont visité en vain la galaxie avant de se rabattre sur la lune.

 

Agathe était consternée mais le pire était à venir. Tout contact avec les sélénites avaient été repoussé car pour les martiens, un peuple gouverné par une reine ne pouvait qu'être primitif et négligeable. Aucun homme qui se respecte ne pouvant obéir à une femme !

 

Les martiens vivaient dans une cité unique ressemblant à une termitière, puissamment défendue par des soldats armés qui tiraient à vue sur tout ce qui s'approchait. De plus, ils étaient décidés à mettre à nouveau au point l'arme suprême, effectuant des essais jusque dans les lacs et les océans. De nombreuses cités sélénites avaient été détruites et la pollution chimique et nucléaire commençait à faire son oeuvre...

 

Agathe était outrée, ainsi non content d'avoir détruit leur planète, ces hommes détruisaient également les terres qui les avaient accueillis.

 

Le vénérable savant leur fit visionner l'intérieur de la cité martienne, filmée à leur insu par un robot espion. Les guerriers martiens étaient des être courtauds, trapus au teint grisâtre et luisant, sans cheveux, avec d'immenses oreilles ultra-sensibles au moindre bruit.

 

Le robot espion les conduisit dans un laboratoire où s'allignaient des centaines de matrices transparentes remplies d'un liquide où baignaient des foetus et des embryons à différents stades de développement. On pouvait voir clairement que dans ces récipients, il n'y avait que des futurs martiens mâles...

 

Plus loin, il y avait une petite salle avec des alvéoles dans lesquelles étaient coincées une vingtaine de femmes, ne pouvant pas bouger, nourries exclusivement avec des perfusions. Elles étaient entièrement nues et des hommes en blouses blanches pratiquaient sur elles des contrôles permanents.

 

Agathe comprit avec dégout et répulsion qu'elles subissaient des inséminations artificielles. Dans la pièces suivantes, des hommes jeunes et robustes donnaient leur semence, introduisant fièrement leur organe dans une machine rappelant à Agathe les trayeuses pour les vaches laitières de la terre.

 

Aussitôt prélevé le sperme était introduit dans le ventre d'une femme qui venait de subir l'extraction de son foetus.

 

Le savant expliqua que ces femmes étaient les seules de la colonie, qu'elles étaient bourrées d'hormones, leur permettant d'être fertiles dans les heures qui suivait le prélèvement de leur futur enfant et sa mise en batterie de croissance. Ces femmes étaient des machines à reproduire des guerriers. Bien évidement tous les foetus de sexe féminin étaient détruits sans scrupule, à part quelques uns destiné à remplacer le cheptel épuisé.

 

Sans trop savoir pourquoi, Agathe compara ces femmes aux élevage en batterie de poules sur terre, ces animaux élevés sans espace, juste pour une saison de ponte intensive, qu'on électrocutaient sur place avant de les remplacer par de plus fraiches et plus rentables. Ces poules à la chair grasse et molle qui finissaient en poulets fumés ou rôtis sur les marchés...

 

N'en pouvant plus Agathe se mit à pleurer, ne comprenant pas ce qu'elle pourait faire pour faire cesser ces horreurs. Pour la première fois de sa vie, elle aurait voulu disposer d'une arme suffisament puissante pour éradiquer cette race maudite, cette lépre qui gangrénait le système solaire...

 

En effet, que pouvait faire Agathe, sa seule arme était de jouer avec l'espace-temps...

 

Ce que découvre la voyageuse spatio-temporel est à la frontière de l'insupportable...

 

Séchant ses larmes d'un revers de manche, Agathe demanda au savant :

 

- Vous avez dit qu'ils n'ont pas pu coloniser la terre, savez-vous pourquoi ?

 

- Non, pas précisément, nous savons que lorsque la surface de Mars fût détruite, un vaisseau a débarqué sur terre, moins d'un mois plus tard, il repartait. Nous avons envoyé un vaisseau espion pour comprendre ce qui s'était passé, celui-ci a été détourné par un champs de force qui entoure la planète bleue... Quand je dis nous, je devrais dire, nos ancêtres car celà s'est passé il y a plus de dix siècles. Depuis lors, tout accés y est interdit...

 

- Peut-être pas pour moi, pensa la jeune femme à voix haute...

 

Aussitôt, elle ressentit les symptômes qui précédaient tout déplacement spatio-temporel...

 

Son corps lévita en se mettant à l'horizontal, tournoya sur lui-même, tandis qu'un sourd bourdonnement résonnait dans sa tête.

 

Elle disparut en un instant, devant les yeux de la reine, du savant et de tous les sélénites présents. Car Agathe se projetait dans d'autre temps et d'autres lieux, dans son propre corps...

 

La jeune femme s'approcha de son astre natal, dont la géographie ne ressemblait en rien à celle qu'elle connaissait. Toutes les terres semblaient collées, les unes aux autres, la dérive des continents n'étant pas encore commencée...

 

Elle atterrit directement au-milieu d' une vaste salle où se trouvaient des hommes et des femmes aux visages angéliques et au teint laiteux avec de longues chevelures foncées. Manifestement son intrusion interrompit une réunion d'état-major.

 

Un homme, dans un uniforme bleu marine, invita l'assistance au silence et pria Agathe de prendre place et d'expliquer qui elle était et ce qu'elle voulait. Chacun la dévisageait avec curiosité, il était évident que c'était la première fois qu'il voyait une jeune femme au teint bronzé et aux cheveux roux.

 

Agathe expliqua qui elle était et cela ne surprit pas plus que ça ces interlocuteurs...

 

Le militaire acquiesçait en silence, écoutant avec la plus grande attention, ce qui semblait être pour Agathe un rapport, plutôt qu'un récit fantastique. Le voyage spatio-temporel devait-être banal à cette époque. Agathe sourit en pensant à la stupeur du gouvernement et des ministres d'un pays de la terre actuelle,devant une telle apparition en pleine assemblée...

 

 

Commenter cet article

Frédérique 22/05/2007 09:54

Pour moi, je découvre cette histoire et attend la suite car je trouve qu'elle pose bcp de questions d'actualité .....
Bonne semaine.
biz

:0049: z'ours 22/05/2007 09:10

bisounours de retour z'ours

La Varlope 22/05/2007 08:42

Coucou Iréne je peux te dire que Jupi a des cerisiers magnifiqueS ,c'est lui qui ma apprit a faire le clafouti ,depuis mes petit enfants en profite pas mal iiiih!!!! bonne journée Irène gros bisous André

cinderela 21/05/2007 22:46

Je l'aime particulièrement, moi, cette nouvelle :-)C'est normal docteur ?Grosses bisesps : t'as vu : chatlim' est de retour en BD...

La Varlope 21/05/2007 17:18

Coucou Irène un enterrement reste toujours une rude épreuve a passé,surtout quand le décé touche un être cher , ou bien même une amie ou ami courage irène change toi les idées avec la musique elle reste toujours une des meilleure thérapeutique dans les moments de difficiles ....je te souhaite une bonne soirée et t'embrasse affectueusement André