La malédiction des Constant (1)

Publié le par mam.irene

HISTOIRE DE PSYCHOGENEALOGIE

L’agence d’investigation d’Agathe fonctionnait très bien, elle adorait son métier, acceptait surtout les causes justes, les recherches dans l’intérêt des famille surtout, mais les voyages spatio-temporels  lui manquaient, la sensation de planer dans l’espace, les manipulations du temps, les mondes parallèles…

Son fils Jules avait grandi, il avait près de cinq ans maintenant et apprenait à écrire son prénom, ainsi que papa, maman…

Agathe aimait aller le chercher à l’école et avait sympathisé avec les mamans de ses petits camarades.

Ce matin, elle avait rencontré Céline, la mère de Théo le meilleur ami de Jules.

Céline avait un gros problème de famille. leur mère et leur grand-mère étaient mortes jeunes juste avant leurs quarante cinq ans. A l’époque on ne savait rien sur cette coïncidence et pour tout dire, on n’en savait guère plus à ce jour.

Patricia était l’aînée, elle allait avoir  quarante quatre ans, l’âge du décès de sa mère et sa grand-mère approchait à grand pas; l’échéance pour Céline serait dans dix ans. L’une comme l’autre étaient prête à tout pour survivre, mais l’angoisse les perturbait même si elles se voulaient rationnelles.

Agathe leur parla de psychogénéalogie, en étudiant leurs ancêtres, elles trouveraient sans doute des raisons à leur malédiction familiales.

-         C’est génial approuva Céline, je vais en parler à Patricia, cela lui rendra son moral, elle qui est persuadée d’avoir moins d’un an à vivre.

C’est ainsi qu’Agathe se trouva un défi passionnant, comprendre la malédiction qui touchait les femmes de la famille Constant, afin de sauver la vie de Céline et de Patricia.

En se penchant sur les racines de l’arbre généalogique, Agathe compris que près de quatre vingt  pour cent avaient disparues prématurément, depuis plus d’un siècle. Il lui restait à se consacrer au vingt pour cent restants. La clé de l’énigme pourrait  se trouver dans ces femmes miraculeusement épargnées. Peut-être également dans l’histoire précédent la première victime…

Celle-ci se prénommait Geneviève, née le 3 mars 1833,  elle disparut le 2 mars 1878 de mort naturelle attestait l’avis de décès. Elle laissa trois filles, Philomène, Clotilde et Marie ainsi qu’un fils Adrien. Si le jeune homme vécu jusqu’à plus de soixante dix ans, ses trois sœurs décédèrent à la veille de leur quarante cinquième anniversaire, les deux premières à la suite d’un arrêt cardiaque et la plus jeune s’était laissé mourir de chagrin.

Cette nouvelle sera interactive, merci à nouveau de me proposer des pistes... Comment Agathe va-t-elle sauver les deux soeurs en se penchant sur leur arbre généalogique ?

 

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article

Andre Bouchaud 02/06/2007 14:25

Coucou Irène je te souhaiten un super W-K plein de soleil ici il commence a ce cacher le vilain iiiih!! je t'embrasse bein fort André

lilounette 31/05/2007 14:17

J'ai beau regarder les chiffres, il ne m'apporte rien de plus . Une malédiction qui se retrouve dans les descendances , en mémoire d'un évènement lié à la naissance ou ondoiement d'un nouveau-né.
on la régénère comme une coutume ?

captaine lili 30/05/2007 18:06

après Enriqueta, rien à rajouter...

cassandrali 29/05/2007 12:18

Waouh !!! Un super début avec une bien belle énigme à réssoudre.
Par contre je ne vais pas m'impliquer sur cet épisode car j'ai encore en tête les idées soumises la dernière fois. J'attends avec une grande impatience la tournure du prochain épisode pour te suggérer des pistes. J'aime bien les idées déjà soumises par Enriqueta et Lilounette.
@BientÔt

lilounette 28/05/2007 22:58

C'est passionnant, je me livre à ton enigme et y réfléchis .MAIS cette malédiction ne viendrait- elle pas simplement d'une croyance liée aux astres , une coutume observée par les descendantes uniquement, par rapport effectivement à une naissance. Je dois dire que tu me poses une ' colle' , la généalogie est pourtant l'une de mes passions, alors je regarde de plus près avec les dates connues !