l'enquête Remi D.

Publié le par mam.irene

Ma deuxième mission fut aussi passionnante . L’avocat d’une chaîne d’hôtels mondialement connue avait pris rendez-vous à mon bureau. J’étais très honorée qu’il fasse appel à mes services…
Il me demanda tout d’abord une grande discrétion, le conseil de direction avait bien insisté sur la question, rien ne devait filtrer, surtout pas dans la presse.
Je les rassurai sur ce point, je serai muette, mais il fallait m’en dire un peu plus.
J’appris donc que le PDG de l’entreprise était décédé dans un petit hôpital de province, d’un mal implacable et foudroyant. Le conseil d’administration avait continué de gérer les affaires en cours mais avait peur que le cours des actions ne s’effondre et qu’une OPA d’un consortium rival ne vienne bouleverser l’assise de l’empire hôtelier.
Le PDG avait un seul héritier Rémi DESPLANTIER qui avait choisit de disparaître il y a plus de 10 ans, à la suite d’une brouille familiale. Son père s’est ensuite conduit comme s’il n’avait plus de fils, refusant de prononcer son nom, toutes les photos avaient été retirées de son bureau. Tout le monde avait fini par oublier Rémi. Ma mission était de le retrouver avant l’assemblée générale afin qu’il revendique son héritage et prenne la direction de la société.
Je savais que le jeune homme n’avait que vingt-cinq ans avant de partir, qu’il était diplômé d’une grande école de commerce, élève assidu et brillant. Enfant modèle, fils parfait, il faisait la fierté de son père.
Puis un jour, il tomba amoureux… De la mauvaise personne !
Une jeune femme issue d’un milieu très modeste, sans ambition, sans culture. Le père tenta de raisonner son fils pour qui il avait d’autres ambitions, des alliances fructueuses. Le jeune homme fut intraitable, le PDG paya une petite fortune pour envoyer la jeune fille dans un autre pays avec la promesse de ne jamais contacter Rémi, de l’oublier.
Le cœur brisé, il partit un jour sans retour, son père lui coupa les vivres et personne n’entendit plus parler de lui.
Remi avait été séparé de sa mère lorsque celle-ci décida qu’elle ne pouvait plus partager la vie de son père. Je décidai donc de commencer mon enquête par elle.
Sonia me reçut dans un salon de thé, sans grand empressement mais l’avocat du père Desplantier avait fait pression sur elle, elle dut se résoudre à me dire tout ce qu’elle savait, ce qui était peu.
Elle avait fait des études de droit international, épousé Maurice Desplantier et apporter comme dot, une alliance avec une riche chaîne de restauration. Elle était la première marche qui avait conduit cet homme à fonder son empire.
Après une rapide lune de miel, Maurice devint distant, la négligeant totalement. Rémi naquit quelques temps plus tard et son père engagea du personnel compétant pour s’occuper de lui. Sonia s’ennuyait, vivant dans une cage dorée, supportant de plus en plus mal le peu d’ardeur que son mari déployait pour elle. Jaloux, Maurice ne laissait personne l’approcher, ni homme, ni femme, elle n’avait plus d’ami, peu de contact avec sa famille et de moins en moins avec son fils que son époux tenait loin d’elle.
Un jour, elle partit, son mari acceptant sans problème le divorce aux torts exclusifs de sa femme, sans pension, ni compensation d’aucune sorte…
Elle suivit de loin, dans la presse people, l’évolution de son fils , ses études, ses diplômes, les prétendantes qui se bousculaient vers lui, puis le scandale final. Il ne prit jamais contact avec elle, même après son abandon du domicile paternel…
Sonia s’était remariée avec un homme moins fortuné mais plus humain, elle avait reconstruit sa vie, même si son fils laissait en elle, un vide que rien ne viendrait combler…

Publié dans Agathe's Investigation

Commenter cet article

christel 02/05/2007 13:13

chouette une nouvelle enquête !!! bisous ( mouillés !!!) du jour , christel

Frédérique 02/05/2007 10:57

Début d'une nouvelle enquète très prometteuse...
Biz

souvienstoi 01/05/2007 22:19

On ne peut qu'attendre  avec impatience la suite.; je t'envoie un brin de muguet pour qu'il habille ton coeur d'un parfum d'espérance  amitié

Enriqueta 01/05/2007 20:18

Dés le début tu nous accroches! Bravo! J'ai très envie de connaître la suite.

missparadoxe à vous 01/05/2007 16:25

commes les autres, j'attends la suite avec impatience, bon premier mai à toi, bisou