Portrait 4

Publié le par mam.irene

GAIIA

Gaiia a ouvert son blog, pour écrire, mettre des mots sur l'horreur, l'inimaginable, le crime le plus abjecte que l'on peut perpétrer sur une fillette de la part d'un adulte responsable dont la mission était de protèger, d'aimer... Ses mots qu'elle écrit et qui nous font pleurer, qui nous mettent en colère, lui permettre de tenter d'aller mieux, de tenter d'aider son analyse.

Comment se reconstruire après avoir vécu cela, oublier ? Gaiia ne le poura jamais, vivre avec, elle essaie, elle est en chemin. Un chemin long, pénible, parsemé d'embûches.

Gaïa n'est bien sûr pas ton véritable nom et chacun comprend que tu as le droit de te protèger du regard des autres, du regard de tes proches, de ceux à qui tu ne peux pas tout dire de la même façon que sur ton blog. En lisant tes notes, nous savons que tu aimes les chiens et que Gaïa est le nom d'un d'entre eux. Je pense que tu sais que Gaïa signifie également la terre, notre mère la terre... Le choix de ton pseudo n'est sans doute pas anodin...

Gaïa c'est également ainsi que se nomme la terre qui souffre elle aussi, elle n'est pas respectée par ceux à qui elle donne tout. On en a pillée les richesses, on l'a frappée avec des bombes, on a détruit son enveloppe (la couche d'ozone), on a modifié ses cycles (les bouleversements climatiques)...

Et toi, Gaïia, mon amie, il t'a abusée, il a volé ton enfance, ton innocence...

Je n'ai pas hésité à brosser ton portrait tout en sachant que personne ne peut imaginer l'inimaginable. Je me sens coupable d'être impuissante, je lis tes notes, je pleure avec toi, par pudeur, par lâcheté, je passe souvent à un autre blog, sans laisser les commentaires que tu espères. J'ai ressenti ta demande comme un appel que je dois prendre en considération.

J'aimerais tant, nous aimerions sans doute tous, serrer l'enfant qui souffre en toi dans nos bras, l'encourager à pleurer, à hurler son desespoir, consoler cette fillette et la rassurer. J'aimerais dire à la jeune adulte que tu es, n'y pense plus, oublie... Je sais que tu ne peux pas oublier, on n'oublie pas ce genre de blessure, tout comme l'enfant meurtri par la guerre, la faim, la maladie, la violence... L'oubli vous est refusé.

Alors, écris Gaïia, met des mots sur ce qui t'es arrivé, hurle nous ta colère, ton chagrin, ta haine...

Ecris sans relâche et n'oublie pas qu'à côté de toi, nous sommes là, prêts à te tenir la main, à pleurer avec toi, à hurler avec toi, jusqu'à ce que la vie t'autorise à passer à autre chose, même en continuant à porter ton lourd fardeau. Car tu as fait un grand pas, en ouvrant ton blog, en écrivant ta souffrance, ce pas est douloureux, les autres le seront sans doute également jusqu'à ce que tu sois assez forte pour vivre, pour accepter de recevoir et de donner de l'amour.

Ecris, ma Gaiia, nous sommes là, nous te lisons et nous savons à quel point tu souffres :

http://lincestemavie.over-blog.com
Ce portrait a été fait à la demande de Gaiia, le prochain sera celui de Capitainlili , puis de Boutou. Si vous souhaitez le vôtre, merci de me le demander, je ne les écris qu'avec votre accord.

Commenter cet article

seb 18/03/2007 14:15

Je viens de lire le récit de cette belle soirée d'anniversaire sur ton autre blog. Ca a dû être un moment fabuleux.Heureux anniversaire.

mam.irene 18/03/2007 15:14

fabuleux, oui, quoique complétement virtuel...

gaiia 17/03/2007 18:09

je viens de lire ce portrait pour la deuxième fois et j'ai l'impression de le découvrir, merci encoreje ne sais pas comment exprimer ce que je ressens, de la reconnaissance je crois, oui, je me reconnaisn'est-ce pas là le but de ta démarche ? c'est juste, c'est tout moi et pourtant j'aurais été incapable de l'écrirealors pour ça, pour avoir mis des mots sur ce que je ressens : mille fois merci

mam.irene 17/03/2007 18:32

j'ai adoré l'écrire

christel/seuleaumonde 17/03/2007 13:09

c'est ton anniversaire ? bisous et bon week-end , christel

mam.irene 17/03/2007 13:11

merci à toi.