La petite église dans la forêt (2ème partie)

Publié le par mam.irene


Quelque chose l'attaqua, elle senti des griffes lui labourer la joue, des petites dents la mordre et des pattes emmeler ses longs cheveux .
C'était une colonie de chauve-souris qu'elle venait de déranger et qui se vengeait sur elle. Elle s'en débarrassa tant bien que mal, et le coeur battant regagna sa couchette après s'être assurée que toutes les portes étaient bien fermées cette fois.
Elle finit par trouver le sommeil qui fut perturbé par de terrifiants cauchemars : tout d'abord, des vampires la maintenaient plaquée sur son lit toutes dents sorties et rougies de sang, puis les jolies fleurs qui ornaient l'autels, étendaient leurs tiges, rampant vers elle, se métamorphosant en monstrueuses plantes carnivores qui lui criaient "j' ai faim, je vais te dévorer le nez"...
Elle ressentit un froid glacial qui la réveilla, un souffle frigorifiant gelait son visage, un rayon de lune lui laissa entrevoir pendant une fraction de seconde un visage penché sur le sien. Une femme blanche, recouverte d'un long manteau en voile blanc quitta la pièce, glissant sur le sol, sans un bruit...
C'est un nouveau cauchemar pensa-t-elle, mais le souvenir de cette femme la hanta jusqu'au matin...
Ravie et soulagée de voir le jour se lever, elle sauta du lit, traversa la nef et là elle vit sur le sol, tracée à la craie une figure géométrique représantant une rosace à cinq pétales et posé en son centre un petit sac de tissu noir.
Agathe s'approcha de la curieuse figure géographique tracée sur le sol, qui a bien pu tracer ce dessin qu'elle n'avait pas remarqué la veille... Pourtant elle est passée et repassée à cet endroit et n'aurait pas pu fouler le sol sans l' effacer. Le mystère s'épaississait, que contenait donc ce petit sac de tissu, avait-elle le droit de regarder à l'intérieur ?
Il lui semblait bien avoir vu ce sac dans entre les doigts de la femme en blanc, elle n'avait donc pas rêvé... Elle frissonna au souvenir du souffle glacial qu'elle avait senti sur sa joue.
Les petites traces de griffures et de morsures des chauve-souris étaient bien réelles aussi. Avant tout elle devait se laver, elle déposa donc le sac sur l'autel de la Vierge et sortit vers le ruisseau, avec un linge propre qu'elle avait trouvé dans une armoire de la sacristie.
Elle netttoya méticuleusement toutes les traces de sang sur son front et elle se promit de se rendre chez son médecin à son retour pour faire d'éventuels vaccins, elle se souvint avec effroi d'un film où un chien mordu par une chauve souris avait contracté la rage. Inquiéte, elle décida de rentrer au plus vite.
En entrant dans l'église pour reprendre ses affaires, elle repensa à la mystérieuse bourse, oubliée par la belle et machinalement la fourra dans sa petite banane.
Un bruit de pas la fit sursauter : une vieille dame s'approcha d'elle en souriant, tenant dans ses bras une brassée de glaïeuls multicolores.
"Bonjour, dit elle, ça fait longtemps que je n'ai pas rencontré âme qui vive ici...
- Est-ce vous, Madame qui vous occupez de cette église ?
- Depuis plus de quarante ans, ma jolie. Je suis la gardienne de la mémoire de ces lieux. Mon grand-prère et mon père ont été baptisés dans cette église, c'était bien avant tous ces événements... Je suis la seule à me rendre ici chaque jour.
- Y a-t-il quelqu'un d'autre ici, une femme jeune, habillée de blanc...
- Vous l'avez vue, mon enfant, c'est terrible s'étouffa la vieille dame en blémissant. La dernière personne qui l'a aperçue est devenue folle depuis plus de cinquante ans, elle n'avait pas dix ans à l'époque...
Que faites-vous là, ma belle ?
Vous n'avez pas dormi ici, tout de même...

Commenter cet article

missparadoxe 05/03/2007 15:14

Je suis déjà impatiente de lire la suite !bise

mam.irene 05/03/2007 15:20

Demain, alors à bientôt

la varlope 05/03/2007 15:04

Coucou Irène je suis content quand tu passe me voir, ton blog est pas mal surtout que l’ont a moins de difficulté a te mettre un com il ne tardera pas a démarrer j’en suis persuadé une bonne soirée a toi je t’embrasse fort Amitiés André

mam.irene 05/03/2007 15:19

Merci, j'apprécie ton soutien, bisous