Pour Papier libre, elle ne devait pas savoir nager

Publié le par mamirene

Juliette nous a proposé la consigne suivante ici


Jules, un pensionnaire de la maison de retraite des Lilas, montrait pour la centième fois à son infirmière, son trésor : la photo d’une belle femme aux longs cheveux noirs bouclés, une bague en diamants et une alliance assortie. Il y avait également une coupure de presse, en papier journal jauni…

-Regardez comme elle était belle, en 1965, elle n’a pas hésité, la voiture a foncé dans le canal, on se promenait tous les deux…

Elle a plongé et les a tous sauvés : le chauffeur, sa femme, la fillette de cinq ans et le bébé de six mois dans son couffin.

- C’est merveilleux, elle a sauvé toute une famille, vous deviez être tellement fiers d’elle.

Je l’aimais comme un fou, nous nous sommes mariés peu après, nous avons eu trois beaux enfants Elle a été toujours d’une telle générosité.

Quand elle a plongé, elle n’a pensé à rien d’autre, pas même au plus petit détail : que pourtant elle ne savait pas nager…

 

 

Publié dans atelier d'écriture

Commenter cet article

Papalmier 28/10/2007 18:14

Nager est comme des milliers de choses: c'est un réflèxe ... que beaucoup perdent à force de vivre dans une société asseptisée ... d'autres pas.Pour les âmes pures, ca restera à vie un réflèxe "naturel". Y a pas besoin de réfléchire pour respirer, vivre, nager, digérer, engendrer. Les choses naturelles sont inscrites dans notre corps.C'est en intellecutualisant qu'on désaprend à vivre.

Enriqueta 27/10/2007 14:16

Quand tu reviendras, j'espère que tu nous ramèneras Agathe avec toi!

cassandrali 25/10/2007 12:38

Joli texte sur fond de tendresse d'un vieil homme pour son être aimé ; c'est touchant l'amour de ces vieilles personnes qui se sentent totalement  perdues lorsque l'autre s'envole vers d'autres cieux.

Azalaïs 24/10/2007 23:41

Tu sais quand on a des spectateurs parfois on se surpasse ! j'ai toujours été nulle en sport sauf en natation ! Je ne sautais pas plus de 95 CM au saut en hauteur . Le jour du bac je m'apprêtais à sauter de façon fort médiocre quand j'ai aperçu contre une barrière un groupe de gars venus mater les filles . Il y avait parmi eux un gars qui me plaisait depuis longtemps . Eh bien , ce jour là, j'ai réussi à sauter 1m 35 ! Les prof n'arretaient pas de me complimenter sur ma détente extraordinaire, sur ma façon d'aborder l'obstacle ... Etonnant non ?

laura 24/10/2007 21:16

J'ai envoyé un texte à Juliette mais elle l'a trouvé trop long; je le mettrais un de ces jours chez moi.bRAVO POUR TA VERSION.BONNE SOIREEBISOUS